Relevés Militaires à MONACO

Un peu d’histoire !

Monaco… ?  Un Rocher qui a été convoité dès que l’Homme y a foulé son sol, d’après les anthropologues, archéologues, et autres spécialistes : il y a 300.000 ans !

L’accès par voie maritime ayant été pendant des siècles privilégié, les faits de guerre pour conquérir cette place forte sont nombreux. Militairement parlant, le port abrité de Monaco et son Rocher ont été très vite réputés pour être des lieux stratégiques.

Comme il n’est pas question de retracer ici l’histoire de Monaco, nous retiendrons tout de même quelques dates.

1215 marque en quelque sorte le début de l’histoire de la Principauté de Monaco, par la construction d’une forteresse sur le rocher de Monaco, sous les directives de Fulco de Castello, chef d’un détachement de Gibelins, partisans de l’Empereur romain germanique Henri VI, qui dès 1191 concéda la souveraineté sur Monaco à la ville de Gênes, d’où sont originaires les Ligures.

1297, le guelfe François Grimaldi, surnommé plus tard « Malizia » s’empare de la forteresse par la ruse. S’ensuit une alternance de l’occupation du Rocher tantôt pas les Gibelins, tantôt les Guelfes.

1524-1641 : période sous protectorat espagnol.

1793, Monaco est intégrée à la France, sous le nom de Fort d’Hercule. Elle fait partie des Alpes-Maritimes, puis est rattachée à l’arrondissement de San Remo.

1800 : sous le Consulat, Monaco est érigée en chef-lieu du 2ème arrondissement, département des Alpes Maritimes, comprenant les cantons de Monaco, Menton, Perinaldo, La Brigue et Sospel.

1814 : Le traité de Paris replace Monaco dans la situation de 1789.

1815 : Monaco passe sous protectorat du Royaume de Sardaigne.

1860 : le Piémont-Sardaigne cède Nice à la France – Menton et Roquebrune se détache de Monaco !

1861 : l’indépendance de la Principauté de Monaco est reconnue.

Bien que la Principauté de Monaco soit un pays neutre, elle n’en demeure pas moins placée sous le protectorat de la France en ce qui concerne sa sécurité, bien qu’elle possède une importante force publique, véritable contingent militaire, placé sous l’autorité du Département de l’Intérieur.

La hiérarchie des forces armées monégasques est organisée à l’identique sur celle de l’armée française.

Cette armée de métier se divise ainsi en 3 importantes unités :

  • Le 1er « Corps des Carabiniers », créée le 8 décembre 1817 devient « La Compagnie des Carabiniers du Prince » en 1904, et se compose actuellement de 112 Hommes du rang et officiers, sous les ordres d’un Commandant.
  • Le Corps des Sapeurs-Pompiers de Monaco… qui mieux que le Commandant N.F., auteur de l’ouvrage « LIVRE DU CENTENAIRE DU CORPS DES SAPEURS-POMPIERS DE MONACO 1909-2009 » Taurus Éditions – Nice 2009 – pour nous le décrire brièvement dans sa page de préambule : « Dès 1865, le Prince Charles III confie cette mission à une succession de Corps constitués dont l’une des charges sera « l’extinction des incendies et la préservation des biens ». Cette « MILICE NATIONALE » , à laquelle succéderont les « GARDES du PRINCE et les GARDES du CASINO », puis la « COMPAGNIE MIXTE », sera l’embryon de la « Compagnie des Sapeurs-Pompiers » organisée militairement et que nous connaissons aujourd’hui. » Le Corps des Sapeurs-Pompiers compte dans ses rangs : 130 hommes, sous les ordres d’un Commandant Supérieur.
  • La Sûreté Publique (Unités de Police Civile) : bien que le nombre officiel ne soit pas divulgué, il se dit à Monaco qu’il y a 1 policier pour 100 habitants… Faites le compte !

Pendant des décennies, l’obtention officielle de la nationalité monégasque n’étant pas la grande préoccupation du millier d’habitants qui vit sur et au bas du Rocher (quartier de la Condamine aujourd’hui), il est quasiment impossible de faire un quelconque recensement exact des militaires « monégasques » en poste à cette époque, à la fin du XIXème siècle.

Néanmoins, le CGHPM s’efforce désormais  d’étudier et établir, avec attention, des relevés de ces militaires natifs de Monaco au XIX° et XX° siècles, et principalement ceux ayant participés à :

  • La guerre éclair Franco-Prussienne de 1870-71 avec l’engagement du Prince Héréditaire Albert (futur Prince Albert Ier).
  • Celle de 1914-18, avec l’engagement du Prince Héréditaire Louis (futur Prince Louis II).
  • Et enfin la 2ème Guerre Mondiale 1939-1945, avec l’engagement du Prince Héréditaire Rainier (futur Prince Rainier III).

Pour tous renseignements complémentaires, joindre le CGHPM  par e.mail : contact.cghpm@monaco.mc 

Guerre franco-prussienne

Engagement du Prince Héréditaire Albert¹.

Accès au recensement des Carabiniers engagés.

Un grand remerciement au MDC B.V. – Responsable du Musée des Princes de Monaco et de Leurs Gardes – pour son aide et ses recherches – Le musée est situé au RDC du bâtiment de la Compagnie des Carabiniers du Prince, sis au n°5, Boulevard de Belgique – Monaco – Tél : +377 93 15 64 00

(¹- § Article BULLETIN CGHPM n°11 – 3ème trimestre 2020)

1ère guerre mondiale

Engagement du Prince Héréditaire Louis².

Accès au recensement des Militaires natifs de Monaco Morts Pour la France (MPF)

Le CGHPM remercie les secrétaires de l’Ambassade de France à Monaco – et de la Maison de France  (sise au n°42, rue Grimaldi – Monaco) pour leur aide et collaboration.

(²- § Article Bulletin CGHPM n°6 – 2ème trimestre 2019)

2ème Guerre Mondiale.

Engagement du Prince Héréditaire Rainier³.

Accès au recensement des monégasques & natifs de Monaco tués pendant la Guerre 39-45.

(³- § Article BULLETIN n°10 – 2ème trimestre 2020)